Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

AccueilContactez-nousEnglish

PDF
Maintenant vous le voyez, maintenant vous... ne le voyez plus! – Les portiques qui s’agrandissent, les ailes qui disparaissent et les greniers secrets de Province House à l’Î.-P.-É.
Laura Morrell

Province House à l’Île-du-Prince-Édouard a été un travail inachevé depuis sa construction, les budgets et l’opinion populaire modifiant à plusieurs reprises la portée du projet et laissant subsister quelques caractéristiques architecturales plutôt excentriques. L’édifice a cependant résisté à l’épreuve du temps pendant 170 ans, et, grâce aux travaux de restauration, il sera préservé pendant de nombreuses années encore.

L’Île-du-Prince-Édouard a une histoire raisonnablement longue en matière de gouvernement démocratique dirigé par une assemblée de citoyens. Notre première Chambre d’assemblée a été élue en 1773 lorsque l’Île-du-Prince-Édouard était une colonie britannique connue sous le nom de Saint John’s Island. Dans son plan d’arpentage de 1768, Charles Morris, arpenteur en chef de la Nouvelle-Écosse, avait aménagé la colonie principale de Charlotte Town autour d’un port naturel. Un espace vert a été réservé sur les hauteurs surplombant le port pour des édifices destinés à loger l’administration coloniale. Le gouverneur Walter Patterson l’a nommé Queen Square et, bien qu’il ait été le site de nombreux édifices tout au long de l’histoire de la colonie, il est finalement devenu la terre d’accueil de Province House.

Comme cela arrive souvent dans la vie, avoir un plan et le mettre en œuvre sont deux choses très différentes. La ville naissante avait de l’espace pour la construction d’édifices de l’administration, mais elle manquait de moyens financiers. La subvention initiale de 3 000 £ accordée par le British Colonial Office pour la construction a fini par payer les salaires du gouverneur Patterson et d’autres fonctionnaires lorsque les propriétaires fonciers, la plupart du temps absents, ont refusé de payer leur loyer, lequel était censé financer l’administration de la colonie1. Ce n’est qu’en 1812 que le premier édifice public a été construit par John Plaw sur Queen Square. L’édifice Plaw était une petite structure en bois que se partageaient le palais de justice et l’assemblée législative. Vers le milieu des années 1830, après que le gouvernement britannique a abandonné les loyers en faveur d’une taxe foncière, l’assemblée législative a pu se concentrer sur la construction d’un « édifice solide et bien construit pour le dépôt et la garde en toute sécurité des documents publics 2».

En août 1839, un concours pour la conception d’un bâtiment en brique visant à accueillir les deux chambres législatives, les bureaux, les salles de comité, la bibliothèque, les galeries des visiteurs et les tribunaux a été publié dans les journaux de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick. Le plan gagnant a été conçu par l’architecte de l’Île, Isaac Smith, qui a reçu 20 £. À cette époque, Isaac Smith avait de solides antécédents en tant que concepteur, et constructeur, de la plupart des principaux édifices de la colonie. Son plan prévoyait un édifice de trois étages dans le style renouveau classique, populaire dans d’autres colonies britanniques3.

D’après les dossiers, deux changements importants ont été apportés au cours de la construction : dans un cas, on supprimait des éléments architecturaux afin de réduire les coûts de construction, et, dans l’autre, on remettait en place certains de ces mêmes éléments architecturaux afin de rendre l’édifice plus attrayant4.

En mars 1842, l’assemblée législative a approuvé 5 000 £ pour la construction du Colonial Building (comme s’est d’abord appelé Provincial House), puis a immédiatement adopté une loi nommant des commissaires de la construction pour passer des contrats avec des commerçants de l’Île et superviser la construction tout en doublant le budget, qui atteignait 10 000 £. Pourtant, la proposition la plus basse pour la construction dépassait de 2 800 £ la subvention offerte. Plutôt que de retarder le projet pendant qu’une augmentation faisait l’objet de discussions à l’assemblée législative, les commissaires de la construction ont demandé à Isaac Smith, qui était également l’entrepreneur, de supprimer des parties de la conception afin de respecter le budget.

La première pierre a été posée le 16 mai 1843, marquant le début officiel de la construction. Au cours de la première étape de la construction, le sous-sol a été excavé, et les murs extérieurs, érigés. Même si la construction commençait à peine, l’opinion publique sur la silhouette squelettique de l’édifice n’était pas favorable. Des récriminations dans la ville et dans les journaux ont poussé Smith à soumettre de nouveau les plans à l’assemblée législative en 1844 afin de faire approuver deux changements importants à l’extérieur : l’ajout de petites ailes aux extrémités du bâtiment et l’élargissement des portiques5.

L’ajout des ailes avait également un but fonctionnel puisque les bureaux du président du Conseil législatif et du Président de la Chambre d’assemblée ont été ajoutés au deuxième étage de chaque aile, derrière leur chambre respective. Assez curieusement, le troisième étage de chaque aile n’a jamais été conçu pour un usage autre que décoratif et n’est accessible que par le grenier de l’édifice.

Dans la conception initiale du Colonial Building de Smith, les portiques étaient encastrés dans la façade, une caractéristique de l’architecture classique qui était populaire à l’époque. Ils ont été agrandis vers l’extérieur pour rehausser la majesté de l’édifice, mais avec un oubli : les grandes fenêtres installées le long du deuxième étage de l’édifice n’ont jamais été remplacées par des portes pour permettre un accès facile au toit du portique depuis la bibliothèque. Au fil des ans, un certain nombre d’invités distingués ont dû sortir par la fenêtre afin de s’adresser aux foules en bas.

L’assemblée législative a emménagé dans son lieu permanent le 26 janvier 1847 et a continué de s’y réunir pendant 168 ans. En janvier 2015, Province House a été fermé afin que l’on puisse entreprendre d’importants travaux de conservation. Bien qu’il ne soit pas prévu de modifier la silhouette du bâtiment avec des ailes supplémentaires ou des portiques plus vastes, les ouvriers ont découvert des morceaux du passé cachés dans les murs, comme un mirliton, des boîtes de pouding anciennes, des bouteilles de rhum et une paire de lunettes. Les travaux fournissent également de l’expérience à une nouvelle génération de gens de métier spécialisés de l’Île. Six nouveaux diplômés du programme de charpenterie-menuiserie en rénovation patrimoniale du Collège Heritage ont été embauchés pour travailler à la restauration de la Province House, documenter et photographier l’infrastructure et les décorations en bois, qui seront enlevées et restaurées6. Province House devrait rouvrir au début des années 2020.

Notes

  1. Cullen, Mary K. A History of the Structure and Use of Province house, Prince Edward Island, 1837-1977. Parcs Canada, Direction des parcs et lieux historiques nationaux. Rapport manuscrit no 211. (Ottawa, Gouvernement du Canada, 1977), 5.
  2. Journals of the House of Assembly of Prince Edward Island(Charlottetown, John Henry White, 1837), 6.
  3. Cullen, 10.
  4. Ibid., 13.
  5. Ibid., 15.
  6. CBC News, (2017). « Holland College grads working on Province House conservation project » [en ligne], à l’adresse suivante : http://www.cbc.ca/news/canada/prince-edward-island/pei-holland-college-heritage-grads-province-house-1.4185010. [En anglais seulement]

Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 41 no 2
2018






Dernière mise à jour : 2018-07-31