Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Graham White

Robert J. Fleming, dir., Canadian Legislatures 1987/1988, Ampersand Communications Services, Ottawa, 1988.

Les parlementaires, les universitaires, le personnel des services législatifs qui ne peuvent plus se passer de cet annuaire précieux apprendront avec plaisir qu'il continuera à être publié, même si le directeur a quitté l'Assemblée législative de l'Ontario qui publiait les éditions précédentes. Ils seront moins heureux de constater que le transfert à un éditeur du secteur privé a eu pour effet de pratiquement tripler le prix de cet ouvrage.

Canadian Legislatures continue d'être une source d'information autorisée sur les structures administratives, les budgets, les services de soutien à la disposition des députés, les indemnités et allocations des députés et une foule de sujets connexes. Les données, qui concernent la Chambre des communes, les dix assemblées législatives provinciales et les deux assemblées territoriales, sont présentées sous forme de tableaux faciles à lire. Comme pour les éditions précédentes, les tableaux s'accompagnent d'un bref commentaire. Même si le texte signale les changements les plus importants survenus depuis l'année précédente, il aurait peut-être mieux valu indiquer tous les changements dans les tableaux.

Cette édition présente une nouveauté, à savoir la présentation de données très détaillées au sujet des comités, et notamment une liste exhaustive de tous les comités législatifs du Canada ainsi que leur mandat. Toutefois, puisque certains comités n'existent que de nom et ne siègent qu'en de très rares occasions, il est décevant de ne pas trouver de renseignements sur les activités de la plupart des comités. Pour la première fois, Canadian Legislatures traite du Sénat. Parmi les renseignements les plus intéressants à ce sujet se trouve une ventilation par province des vacances prévues au Sénat jusqu'à l'an 2 000. Il n'est pas précisé si ces renseignements visent à permettre aux analystes de spéculer sur la composition politique future du Sénat au lendemain du lac Meech, ou aux candidats sénateurs de préparer leur stratégie.

Deux parties traitent brièvement de la situation internationale. Dans la première figurent quelques données fondamentales sur la taille, les dépenses, les échelles de traitement, notamment, des assemblées législatives des États américains. La seconde donne un bref aperçu essentiellement statistique des parlements ouest-allemands, en s'attachant principalement à la rémunération et aux avantages sociaux des députés. Dans les deux cas, les renseignements fournis sont d'ordre purement statistique et ne visent nullement à comparer le fonctionnement ou l'efficacité des parlements canadiens, américains et allemands.

Dans l'édition de 1987-1988, comme dans la précédente, les renseignements statistiques s'accompagnent d'un certain nombre d'articles assez courts sur des questions d'ordre parlementaire. Ils valent tous la peine d'être lus, même si leur qualité varie beaucoup, ce qui est inévitable. David Nethering, auteur de The Role of State and Provincial Legislatures et Lothar Spath, auteur de The New Politics sont forts en beaux discours, mais restent assez superficiels. L'article intitulé Group Dynamics of the Legislative Process, du Dr Jim Henderson, psychiatre qui est aussi député à l'Assemblée législative de l'Ontario, est tout aussi décevant. Au lieu de faire profiter ses collègues députés de son expertise professionnelle, ce qui aurait pu être vraiment fascinant, Henderson se contente d'attaquer la discipline de parti.

Michael Adams et Jordan Levitan font état des résultats d'un sondage, commandé spécialement à Environics, sur l'impression qu'a le public de l'objectivité – ou du manque d'objectivité – des médias. Les résultats du sondage confirment que la télévision constitue la principale source d'information de la plupart des Canadiens et, ce qui est peut-être plus surprenant, qu'elle est beaucoup mieux placée que les journaux en ce qui a trait à ce que le public perçoit être l'objectivité, l'exactitude et de la profondeur des reportages. Le réseau anglais de la télévision de Radio-Canada est de loin le plus réputé pour les nouvelles politiques. Autre résultat surprenant, étant donné les plaintes exprimées par le gouvernement à l'égard de la partialité de Radio-Canada dans ses reportages, les partisans conservateurs ont davantage confiance en l'objectivité de ce réseau que les partisans néo-démocrates ou libéraux.

Peter Desbarats apporte quelques idées neuves sur un sujet rabâché en faisant une analyse excellente de l'influence des médias sur la politique. Sa démystification de l'« âge d'or de la presse » est des plus intéressantes. Il déclare à ce sujet : « Quelques heures passées dans les archives de microfilms de n'importe quel grand quotidien canadien remettront les idées en place à tous ceux qui croient que l'époque de la télévision a été précédée par une époque de journaux de qualité supérieure ».

Comme à son habitude, Eugene Forsey fait des remarques mordantes et enrichissantes sur la réforme du Sénat. Il n'est guère optimiste quant aux chances de succès d'un Sénat élu avec représentation égale des provinces, mais il invoque le rapport Lamontagne de 1980 pour proposer certaines réformes pratiques qui, pour la plupart, ne se heurteraient pas aux obstacles pratiquement insurmontables du processus de modification constitutionnelle.

L'article de loin le plus long et, à certains égards, le plus enrichissant, est l'analyse savante de Carolyn Thompson des lois sur les conflits d'intérêts au pays. Même s'il se concentre sur des détails comme la portée et l'étendue de la législation, les définitions du conflit d'intérêts et les dispositions relatives à la divulgation des renseignements, au transfert de biens et aux fiducies sans droit de regard, cet article est relevé par un commentaire réfléchi sur les grandes questions politiques en jeu.

Le livre est gâché par un nombre inimaginable d'erreurs typographiques et une rédaction trop peu rigoureuse; pour n'en citer qu'un exemple, on peut lire, sur deux pages consécutives, qu'à la suite des récentes élections tenues en Ontario, 48 p. 100, « environ 40 p. 100 », et 37,6 p. 100 des députés élus étaient des nouveaux venus. Malgré tout, Canadian Legislatures 1987/1988, comme les éditions précédentes, est une mine de renseignements utiles auxquels s'ajoutent quelques articles enrichissants.

Graham White
professeur de sciences politiques
Université de Toronto


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 11 no 3
1988






Dernière mise à jour : 2020-03-03