Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Suzanne Verville

Orateurs de l'Assemblée législative de la province du Nouveau-Brunswick, 1786-1985, Assemblée législative, Fredericton (N.B.), 1985, 72 pages.

L'avant propos du recueil de biographies cite un extrait des Débats de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick (16 février 1939) qui fait référence à une déclaration de l'ancien Orateur E.C. Squires, lequel décrivait en quoi consistait cette fonction : L'Orateur doit agir avec justice, équité et impartialité. Ses décisions ne peuvent être mises en question, sauf par un vote de la Chambre.

Malheureusement, ces biographies nous fournissent très peu d'information sur la carrière de ces hommes qui occupèrent, incidemment, le poste d'Orateur si ce n'est quelques citations tirées des journaux de l'époque.

Ainsi, l'honorable Amos Botsford, premier Orateur de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, a exercé cette fonction durant 26 années consécutives, soit du 3 janvier 1786 au 7 mars 1812. Son fils, William, et son petit-fils Bliss Botsford lui succédèrent. Hélas, leurs carrières comme Orateur demeurent inexplorées ...

Quant à James Edward Lynott, l'ouvrage cite un extrait de l'éditorial du journal The Gleaner daté du 8 janvier 1890 qui écrit qu'en tant qu'Orateur de la Chambre, il agissait avec courtoisie et impartialité et ses décisions n'ont jamais été mises en question. Toutefois, on ne rapporte aucun événement illustrant cette déclaration ou ayant marqué sa carrière. Il en est ainsi pour l'honorable George Johnson Clarke au sujet duquel on cite un extrait de l'édition du 27 février 1917 du The Gleaner, lequel écrit qu'il a occupé ce poste avec dignité et s'est gagné la confiance et le respect des députés des deux côtés de la Chambre.

Néanmoins, une carrière qui semble avoir été très intéressante est celle de Frederick Charles Squires. En effet, au cours de la session de 1926, il est désigné Orateur suppléant de la Chambre puis, le 12 février 1931, il devient Orateur et ce, jusqu'au 4 avril 1935. Le 5 mars 1936, il est choisi leader parlementaire de l'opposition puis, plus tard, il devient chef du Parti conservateur. En 1953, il est nommé greffier de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick et greffier en matière de loi. Il exerce ces fonctions jusqu'en 1959. Le Telegraph Journal du 17 décembre 1960 le qualifie comme ayant acquis la réputation d'être un expert de premier plan au Nouveau-Brunswick.

Évidemment, ce livre n'est pas particulièrement destiné à ceux et celles qui s'intéressent à l'évolution de la procédure parlementaire au Nouveau-Brunswick ou au Canada, puisqu'il ne traite pas de façon exhaustive du mandat et des responsabilités de ces hommes qui occupèrent la fonction d'Orateur, sauf quelques extraits de journaux y faisant référence et cités à l'occasion. Ce recueil, qui retrace les grandes activités de leurs vies respectives, se veut plutôt une sorte de curriculum vitae de ces personnages. Ainsi, il serait sans aucun doute un ouvrage de référence très utile pour ceux et celles qui désirent en savoir davantage sur les grandes étapes de la vie de ces hommes politiques. Cependant, il y aurait peut-être lieu de traiter plus en profondeur leurs fonctions et les événements ayant marqué leur carrière en tant qu'Orateur afin de sortir ces hommes des poussières... Ainsi, il pourrait s'avérer un instrument de travail des plus appréciés par les personnes œuvrant dans le domaine de la procédure parlementaire.

Suzanne Verville
Direction des recherches pour le Bureau
Chambre des communes


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 9 no 4
1986






Dernière mise à jour : 2019-07-15