Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Merle Fabien

The Ontario Collection, Fern Bayer, Fitzhenry & Whiteside, Markham, Ontario, 1984, 389 pages (500 illustrations dont 100 sont en couleurs).

The Ontario Collection témoigne de l'engagement ou de l'absence d'engagement du gouvernement provincial à promouvoir les arts visuels en Ontario depuis 1850 à ce jour. Outre une série d'articles instructifs décrivant cette période, l'ouvrage contient un catalogue détaillé des oeuvres d'art acquises par la province. L'auteur, Fern Bayer, conservatrice de la collection provinciale d’œuvres d'art, semble avoir aussi bien rempli les fonctions de détective que de conservatrice pour retrouver non seulement des oeuvres manquantes, mais également des collections entières et de la documentation qui avaient disparu. Son livre décrit les changements et l'évolution des goûts et des valeurs qui se sont opérés chez les Ontariens sur une période de 130 ans.

Le premier des quatre articles, intitulé Objects of Taste, décrit les efforts qu'a déployés le révérend Egerton Ryerson, en vue de constituer, au milieu du XIXe siècle, une collection d’œuvres d'art pour le Haut canada. Ryerson était d'avis, comme bon nombre de ses contemporains, que la collection devait s'édifier à partir de copies de toiles signées par les grands maîtres, de moulages en plâtre de statues de l'Antiquité, de bustes de personnages connus et d'ornements architecturaux. Les centaines d'objets qu'il a rassemblés au cours de ses voyages en Europe ont servi de noyau au premier musée des beaux-arts au Canada. Ce chapitre décrit en détail les antécédents de Ryerson, ses idées sur l'art et l'éducation à l'époque, la mise sur pied proprement dite de la collection et l'essor du musée. D'après Baver, ce serait le révérend Ryerson qui aurait inspiré au gouvernement assez d'intérêt envers les arts pour permettre la mise en place, dès 1875, d'une politique officielle prévoyant des achats annuels auprès de l'Ontario Society of Artists.

Le deuxième article, Politics and Painters, est consacré à la période de trente-neuf ans qui part de 1875, durant laquelle le gouvernement, par l'intermédiaire du ministère de l'Éducation, a acquis des oeuvres d'art contemporain aux expositions annuelles de l'Ontario Society of Artists. En 1914, année du dernier achat, plusieurs centaines d’œuvres avaient déjà été acquises, dont 40 seulement figurent encore dans la collection. Bayer relate la constitution et la dissolution de cette partie de la collection et décrit les rapports tendus qui régnaient entre le gouvernement et la Société. L'honorable George William Ross, un des personnages clés de l'époque, avait adopté en 1895, en tant que nouveau ministre de l'Éducation, de nouvelles politiques concernant l'acquisition d’œuvres d'art. Sa contribution fut importante, il veilla notamment à financer des achats, à acquérir des portraits en buste de Canadiens éminents et à faire exécuter les portraits de personnages politiques pour les exposer dans l'édifice de l'Assemblée législative. D'après l'auteur, Ross et Ryerson ont été les deux principales personnes qui ont marqué la constitution de la collection d'art. Cette période d'acquisition gouvernementale fut interrompue en 1914 pour ne reprendre qu'en 1966. La décentralisation de la collection, qui a commencé en 1912, et une mauvaise gestion des dossiers ont été à l'origine de la disparition de la plupart des oeuvres.

L'établissement d'une collection de portraits picturaux et de bustes en plâtre représentant d'importants hommes politiques et autres personnages s'inscrivait mieux dans le rôle traditionnel du gouvernement, et la majeure partie de cette collection a survécu, comme l'explique le troisième article, Faces of History. On fit exécuter les portraits des lieutenants-gouverneurs, des gouverneurs-généraux et des présidents de l'Assemblée législative ainsi que de personnages historiques. Dans ce chapitre, l'auteur relate en détail les événements qui ont entouré l'exécution de certaines oeuvres et décrit les antécédents des artistes et de leurs sujets. De nos jours, on commande encore les portraits du lieutenant-gouverneur, du premier ministre de la province et du président de l'Assemblée législative.

L'appui renouvelé de la province aux beaux-arts, inspiré par l'honorable John Robarts en 1966, constitue le sujet du quatrième et dernier article, Robarts and Renewal. Le nouveau programme d'acquisition découlait d'une décision visant à allouer un pourcentage des coûts de construction de l'édifice Macdonald (Queen's Park) à l'exécution de murales et de sculptures par des artistes canadiens pour les exposer dans des endroits publics. Au terme du projet, la somme de 328 550 $ avait financé l'exécution de 23 murales et six sculptures, noyau d'une collection qui comprend aujourd'hui plus de 500 oeuvres d'art contemporain. Dans ce chapitre également, Bayer décrit les problèmes d'ordre politique et artistique qui ont entouré le choix des oeuvres qui ornent aujourd'hui les édifices gouvernementaux de toute la province, notamment le Palais de justice du comté de Middlesex, à London, l'École de police de l'Ontario, à Aylmer, et le Bureau d'enregistrement des droits immobiliers, à Kitchener. Bien que le projet de l'édifice Macdonald eût été mis sur pied dans le cadre d'un concours national, la politique actuelle du programme d'art en architecture  a pour objet de favoriser les artistes ontariens. Les acquisitions sont maintenant plus diversifiées et comprennent des estampes originales, des oeuvres sur papier et d'autres oeuvres de dimensions plus petites.

Le catalogue est divisé en quatre parties, correspondant aux chapitres susmentionnés. Les 1 100 oeuvres qui constituent la collection de l'Ontario y sont décrites en détail : nature, dimensions, mode d'acquisition, numéro de catalogue et renseignements sur les artistes. Plus de détails sont fournis pour certaines oeuvres, surtout dans la partie consacrée aux portraits où l'auteur donne de nombreux renseignements sur les modèles. Bon nombre d'illustrations sont en couleurs. L'auteur a également joint une série d'annexes utiles, une bibliographie détaillée par chapitre ainsi qu'un index des artistes et des sujets. Le livre de Me Bayer, présenté de façon savante et attrayante, sera apprécié des professionnels aussi bien que des amateurs.

Merle Fabian
Bibliothécaire
Ambassade du Canada à Washington, D.C.


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 9 no 2
1986






Dernière mise à jour : 2019-11-29