Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Garnet Barlow

Playing The Palace: A Westminster Collection, textes choisis par James Naughtie, Mainstream Publishing Co., Edinburgh, 1984, 209 pages.

Avant que le Hansard ne devienne le compte rendu officiel des débats, les propos tenus dans l'enceinte du Parlement britannique étaient consignés tant bien que mal par des scribes, des correspondants et des journalistes pour être ensuite reproduits dans des journaux, des lettres, des quotidiens, des essais et des revues ainsi que sur des placards. Les auteurs de ces publications sont au nombre des meilleurs écrivains britanniques. Parmi eux, on trouve les noms de Dickens, Trollope, Johnson et, plus récemment, ceux de James Fenton du quotidien The New Statesman, Roy Hattersley du journal The Listener et d'Harry Boardman du Manchester Guardian pour n'en nommer que quelques-uns. La plupart des passages cités dans l'ouvrage de James Naughtie sont tirés de ces sources.

L'ouvrage de Naughtie est plus qu'un simple recueil des meilleurs discours parlementaires heureusement, car les anthologies de ce genre manquent souvent d'intérêt.

Au lieu de cela, nous sommes invités à observer ce qui se passe sur le plancher de la Chambre du haut de lit galerie de la presse, et à prendre connaissance de quelques-uns des meilleurs discours politiques, auxquels s'ajoutent les commentaires des journalistes de l'époque qui leur donnent un éclairage tout particulier.

Parmi les exemples récents, il y a le compte rendu du débat sur les Îles Malouines qui a paru dans The Scotsman le 5 avril 1982, après que les troupes argentines eurent envahi les Îles Malouines et avant que la Grande-Bretagne n'ait pris des mesures de représailles. Les discours choisis, qu'ils s'agissent de ceux d'Elizabeth 1, de Cromwell, de W. Pitt le jeune et de Disraeli ou de ceux d'Asquith, de David Lloyd George, de Churchill, d'Enoch Powell, de Michael Foot et de Bernadette Devlin  sont regroupés en dix chapitres (dont les titres sont, au hasard, Wars, Four Spies, A Government Falls, etc.) qui sont tous précédés d'un court résumé du contexte historique ou politique dans lequel ils ont été livrés. Parmi ces pièces de collection, on trouve des extraits passablement animés attribuables à des députés de moindre renommée. Ainsi, le discours livré par John Bright en 1855 pour s'opposer à la guerre de Crimée est particulièrement passionné, tout comme les interventions de Lord Byron contre l'adoption d'un projet de loi visant à imposer la peine capitale aux commerçants reconnus coupables d'avoir délibérément détruit des machines (N'y a-t-il pas déjà assez de sang sur notre code pénal, pour que nous n'en rajoutions en nous faisant les juges de nos semblables?)

L'ensemble constitue une lecture intéressante, en particulier à une époque comme la nôtre où les grands orateurs se font tout aussi rares que les bons reportages.

Garnet Barlow
Direction des recherches, pour le bureau
Chambre des communes


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 8 no 4
1985






Dernière mise à jour : 2020-03-03