Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Charles Robert

Speakers of the Legislative Assembly of Ontario 1867-1984, par Kathleen Finlay, Toronto, Bibliothèque de l'Assemblée législative, Services de recherche et d'information, 1985, 134 pages.

L'auteure signale dans l'avant-propos qu'il existe peu d'information sur les hommes qui ont présidé la vie législative de la province et elle explique que son recueil de biographies vise à combler cette lacune. Malheureusement, elle ne s'est penchée que sur quelques questions qui ont été soulevées au sujet des fonctions du président, et s'est surtout attachée à la carrière politique de ces hommes. Le livre nous présente donc brièvement trente-et-un hommes politiques qui, incidemment, ont occupé le poste de président de l'Assemblée législative.

L'auteur décrit par exemple John Stevenson, premier président de l'Assemblée législative de l'Ontario, comme un homme qui ne doit sa réussite qu'à lui-même et qui a fait de bonnes affaires dans les secteurs du bois-d’œuvre et du transport avant de s'engager en politique comme réformateur modéré. Inopinément élu président, il a, semble-t-il, été à la hauteur de la tâche, assumant la présidence d'une assemblée législative souvent turbulente « avec un mélange de fermeté et de souplesse ». L'auteur ne mentionne que brièvement les problèmes auxquels il a dû faire face et qui ne semblent pas exceptionnels : l'hostilité entre le gouvernement et les partis d'opposition et les exigences des députés qui voulaient que leurs projets de loi soient étudiés. L'auteur ne dit cependant pas comment le président a résolu ces problèmes. Son successeur, Richard Scott, a connu beaucoup moins de succès, n'occupant le poste que deux semaines avant de démissionner et d'accepter un poste de commissaire des terres de la Couronne. Sa démission a coïncidé avec la chute du gouvernement de coalition Sanfield Macdonald et a donné lieu à de vives accusations de parti pris qui ont sérieusement porté atteinte à l'intégrité de la présidence. Les présidents suivants, James Currie, Rupert Wells et Charles Clarke, sont cependant parvenus à redonner au poste son prestige. Toutefois, l'auteur n'explique pas suffisamment comment ils y sont arrivés. Elle décrit Currie comme populaire, Wells comme digne et Clarke comme ferme. Et ainsi de suite.

La plus intéressante anecdote relatée est peut-être celle concernant le président William Stewart. L'auteure le décrit comme un personnage coloré au tempérament souvent impétueux et, en quelque sorte, une énigme pour ceux qui le connaissaient bien. Il a assumé les fonctions de président de 1944 à 1947, jusqu'à ce qu'il y ait confrontation entre lui et le ministre de la Voirie sur une question sans importance ayant trait à un invité se trouvant dans la tribune du président. Offusqué par les railleries du ministre, Stewart a jugé qu'il ne pouvait plus exiger le respect de la Chambre et a aussitôt donné sa démission.

Paradoxalement, la belle prose de l'auteure ne fait que nous décevoir et nous frustrer. La biographie de chaque président met l'eau à la bouche du lecteur qui voudrait souvent en savoir plus long. Comme il existe peu d'information sur les présidents de l'Assemblée législative de l'Ontario, il y a lieu de traiter ce sujet beaucoup plus en détail que ne le fait ce livre. Pour sortir ces présidents de l'obscurité et de l'oubli, il faudrait fournir plus de renseignements sur leur mandat respectif.

Charles Robert, Direction des recherches pour le bureau, Chambre des communes


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 8 no 4
1985






Dernière mise à jour : 2020-03-03