Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
William Matheson

Stanley Knowles, The Man From Winnipeg North Centre, de Susan Trofimenkoff, Saskatoon, Western Producers Prairie Books, 1982, 226 pages.

Ce livre offre une lueur d'espoir à ceux qui craignent que la Chambre des communes du Canada ne devienne progressivement désuète. Stanley Knowles a été député au Parlement depuis 1942, sauf entre 1958 et 1962. Il a toujours fait partie de l'opposition et ne s'est jamais privé de critiquer farouchement tous les gouvernements au pouvoir. Ainsi, il a réussi à influer sur les politiques et les lois en provoquant des réformes importantes au Canada tout en veillant inlassablement à ce que la Chambre se conduise de façon respectable. Les présents mémoires biographiques, décrivent les réalisations de M. Knowles et contribuent à dégager les forces qui ont influé sur son comportement et ont alimenté sa passion pour la justice sociale. Dans son ouvrage, Mme Trofimenkoff s'est surtout inspirée d'une série d'entrevues qu'elle a eues avec M. Knowles, en plus des recherches qu'elle a effectuées dans le dossier personnel de ce dernier ainsi que dans les comptes rendus des débats.

Né à Los Angeles en 1908, Stanley Knowles était l'aîné d'une famille d'ouvriers des Maritimes qui s'était établie aux États-Unis. Les Knowles étaient de fervents méthodistes; chez eux, comme chez de nombreux démocrates sociaux du Canada, l'Église représentait une partie importante de la vie familiale. La mère de M. Knowles est morte jeune et son père, membre actif et éclairé de l'église, a favorisé le développement intellectuel et religieux de son fils. M. Knowles père était un « évangéliste social » et il ne fait pas de doute que ses points de vue sur l'action et la foi ont profondément marqué son fils, qui se rendit bientôt compte que changer le monde impliquait inévitablement une action sociale.

M. Knowles père ne fut cependant pas favorisé par le système économique. Il avait 58 ans quand, au beau milieu de la Crise et après 20 ans de loyaux services chez son employeur, il fut congédié sans pension ni indemnité de départ, assurance-chômage ou autres prestations. Bien qu'il se soit par la suite occupé à de menus travaux, il mourut à l'âge de 60 ans. Son fils est convaincu que c'est le traumatisme engendré par son congédiement qui a précipité sa mort. Il n'est donc guère étonnant que M. Knowles fils en ait conclu qu'il fallait à tout prix aiguillonner la conscience sociale du pays pour effectuer les changements économiques et sociaux nécessaires.

Stanley Knowles se dit que l'Église lui offrait un moyen de procéder à des changements. Après ses études aux col lèges Brandon et United, il fut ordonné ministre du culte pour l'Église unie du Canada, en 1933. Tout en accomplissant ses fonctions de pasteur à Winnipeg, il s'intéressa vivement aux activités du parti CCF. Aussi plusieurs personnes se sont choquées de l'entendre parler en chaire de questions sociales plutôt que de l'évangile. En 1940, sa nomination en qualité de secrétaire et organisateur du CCF au Manitoba mit un terme à sa carrière pastorale. Il avait bien vu que l'Église n'avait pas les moyens d'effectuer les changements qu'il considérait souhaitables.

En 1942, après plusieurs tentatives infructueuses aux niveaux fédéral et provincial, M. Knowles était élu député de Winnipeg-Nord-Centre, succédant à M. J.S. Woodsworth. Il était animé de ce même zèle qu'il avait déployé quant il était pasteur et par le souvenir d'un parent bien aimé qui avait été victime du système. Déjà dans son premier discours, il s'attaquait aux pensions, aux droits des travailleurs en temps de guerre et à M. Humphrey Mitchell, alors ministre du travail, dont il réclamait la démission. Très tôt, le président de la Chambre dut le rappeler à l'ordre pour une infraction mineure au règlement et M. Knowles en tira sa première leçon parlementaire; apprendre le Règlement. Il s'est tellement attelé à cette tâche qu'est né en lui un vif intérêt pour l'institution parlementaire elle-même et pour la façon d'en assurer le fonctionnement harmonieux en dépit d'un règlement désuet et d'attitudes encore plus désuètes de la part de nombreux députés. Cet intérêt lui a valu de se faire offrir le poste de président par M. Diefenbaker ainsi que par M. Pearson, offre qu'il a sagement déclinée. Il ne répugnait pas à utiliser le règlement pour faire valoriser ses propres intérêts et ceux de son parti, mais ses connaissances en la matière ont tôt fait de susciter en lui le souci de la survie du Parlement en tant qu'institution. Aussi plaçait-il le Parlement au-dessus du parti, ce qui l'a parfois rendu impopulaire auprès de ses collègues.

M. Knowles se dévoua tout autant à la Chambre des communes qu'à la situation des ouvriers canadiens et il déploya des efforts inlassables en vue d'améliorer les prestations de retraite. À cet égard, la liste de ses réalisations est remarquable et Mme Trofimenkoff décrit méticuleusement comment son dévouement à la cause, la connaissance du Règlement et son esprit indépendant ont valu d'importantes victoires à tous les Canadiens. Ce qu'il n'avait pu réaliser par l'entremise de l'Église, il le faisait par l'entremise du Parlement, pour éviter à la plupart des ouvriers canadiens de subir le sort malheureux de son père.

Autre thème important du livre : la description du rôle de M. Knowles dans la création du Nouveau parti démocratique. Les électeurs de Winnipeg-Nord-Centre ont peut-être rendu un fier service à la gauche canadienne en choisissant quelqu'un d'autre que M. Knowles en 1958. En effet, cette défaite, bien que décevante sur le plan personnel, a permis à M. Knowles de joindre les rangs du Congrès du travail du Canada et de jouer un rôle de premier plan (cela faisait en fait partie de son mandat) dans la création d'un nouveau parti au Canada, dont il a présidé le congrès de fondation en 1961.

Ce livre est important pour toute personne qui s'intéresse à la politique canadienne en général ou à des domaines comme la procédure parlementaire ou la réforme des pensions. En dépit d'une longue association personnelle avec M. Knowles, l'auteur a gardé ses distances et c'est ce qui fait la faiblesse du livre. On en apprend beaucoup sur l'homme politique, le réformateur et le parlementaire, mais peu sur l'homme. Certes, on dit qu'il se fâche, fait des erreurs et met les gens dans l'embarras, mais la preuve n'en est pas faite. Bien que ni John Diefenbaker ni Hazen Argue ne fassent figure de héros, il n'y a pas de méchants dans ce livre et l'on peut se demander si les relations personnelles de M. Knowles avec d'autres hommes politiques et notamment ceux de son caucus ont toujours été faciles et harmonieuses. Le lecteur en apprend beaucoup sur l'intérêt que portait M. Knowles à certaines questions, mais on se demande s'il avait quelque chose à dire sur des questions cruciales comme les relations du Québec avec le reste du Canada ou les relations fiscales fédérales-provinciales.

Mais ces critiques sont mineures : Mme Trofimenkoff a réussi à raconter l'histoire d'un homme politique canadien vraiment unique et elle a mis en lumière les circonstances qui l'ont conduit à son succès.

William A. Matheson
Département des sciences politiques
Université Brock
St. Catharines (Ontario)


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 6 no 1
1983






Dernière mise à jour : 2019-07-15