Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Sur les rayonsSur les rayons
Michèle Marcadier

René Lévesque. Mémoires, Éditions Québec/Amérique, Montréal, 1986, 368 pages.

La publication des mémoires d'hommes politiques attise la curiosité de la population pour les mœurs parlementaires et partisanes. Attendez que je me rappelle s'ouvre sur l'histoire immédiate : le départ de l'auteur de la scène publique, la crise interne et la défaite du Parti québécois. René Lévesque y décrit cette atmosphère de « fin de règne » ou sourdent sous l'événement des blessures qu'il esquisse avec pudeur, sans s'abandonner au règlement de compte, sans céder à l'indiscrétion. Il s'astreint à la vigueur de « l'honnête reportage » sachant rendre hommage, sachant aussi faire preuve d'un jugement incisif.

Les mémoires, c'est la loi du genre, se construisent à partir d'une double trame : souvenirs personnels et impressions d'une époque. L'auteur est ici un témoin exceptionnel : journaliste de renom, il analyse avec passion le microcosme québécois; homme politique, il y fut un des acteurs principaux. Les souvenirs de René Lévesque offrent en ce sens un témoignage précieux. Au-delà du destin personnel d'un homme, l'intérêt du récit réside dans cette peinture de la toile de fond que constitue l'histoire du Québec; de l'évolution d'une société figée dans son archaïsme et qui accède brusquement au monde moderne. La « Révolution tranquille » devient l'événement de rupture permettant enfin au Québec de s'ouvrir pleinement au XXe siècle. Pour René Lévesque, la naissance du mouvement souveraineté-association et de là celle du Parti québécois, trouve sa genèse véritable dans le souffle qui anima la classe politique dans les années 1960. L'importance de ce moment et sa signification profonde se traduisent dans le déchirement que représente pour lui la rupture avec le Parti libéral qui réfute ses thèses; déchirement qu'il vécut de nouveau lorsque les Québécois répondirent non au Référendum.

Cet attachement aux idéaux de la Révolution tranquille explique qu'il vive difficilement la synthèse des courants au sein du Parti québécois : « puristes » contre « électoralistes », «caribous» contre « étapistes ». Il y témoigne aussi des lignes d'action définies par son parti, des paris qu'ils prirent et des réalisations qu'ils firent. Il y plaide les grands dossiers présentes par son gouvernement. On y découvre un homme pragmatique qui qualifie le texte controversé la Loi 101 de « béquilles législatives » néanmoins nécessaires. Il défend sa position dans les rapports fédéral-provincial et rappelle par le menu les péripéties du rapatriement de la constitution. Au-delà des crises, des victoires, des défaites, les souvenirs de René Lévesque témoignent d'un authentique engagement politique.

Michèle Marcadier
Conseiller politique A.I.P.L.F.
Paris


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 10 no 2
1987






Dernière mise à jour : 2019-07-15